Pourquoi je "blogue" et pourquoi je couds ?

A l’heure de Facebook et surtout d’instagram, pourquoi je blogue avec passion, à raison d’un post par semaine … et en deux langues la plupart du temps ?

C’est justement en parcourant les réseaux sociaux que je suis tombée via Isastuce sur cette question lancée par Marselle : pourquoi blogue-t-on encore alors que la plupart des blogs couture sont en perte de vitesse, tournent au ralenti, voire disparaissent au profit de brèves publi sur Insta ?

Voici donc mes réponses aux questions posées :

  • pourquoi je blogue,
  • pourquoi je couds.

Pourquoi je couds ?

J’ai toujours été très créative et les arts du fil, le dessin, le bricolage ont depuis mon enfance été un moyen de rêver, d’être une échappatoire face au poids du quotidien.
Je couds parce que :

  • cela me permet de me réaliser,
  • cela libère la créativité en moi,
  • cela me permet de faire du sur-mesure,
  • cela me permet de répondre à un besoin particulier, pour moi ou mes proches,
  • cela me permet d’être en accord avec l’éthique qui m’est chère tant au niveau humain qu’écologique,
  • cela me permet de passer pour l’Elfe de Noel aux yeux de ma fille qui feuillette les livres de Laetibricole et commande des doudous comme d’autres feuilleteraient un catalogue King Jouet.

J’ai longtemps voulu ouvrir un blog, sans oser franchir le pas :

Il y a un peu plus d’un an de cela, j’ai ouvert mon blog, un blog franco-allemand à mon image, un pont entre ces deux cultures qui font de moi quelqu’un de trop allemand pour rentrer dans le moule et de trop français au goût des Allemands. Lost in translation, en quelque sorte, après des années d’hésitation.

Il y a 6/7 ans environ, je me suis posée la question et n’ai pas osé franchir le pas. A l’époque, les blogs couture et DIY tournaient encore pas mal et je ne me sentais „pas légitime“, avec tout juste un an de couture intensive dans les pattes. Je maîtrise très bien d’autres arts du fils depuis ma tendre enfance : la broderie, le crochet, le tricot, mais je n’arrivais pas non plus à cerner un domaine : j’avais peur de m’éparpiller. Et puis ma fille était encore toute petite, je me sentais bien débordée entre reprise du travail, déménagement. Mais tout de même, je réussissais à me dégager du temps pour bricoler.

Et quelques années plus tard, je me disais „à quoi bon… les blogs disparaissent maintenant les uns après les autres“. Jusqu’au printemps 2019, j’ai fait de la résistance aux réseaux sociaux et ai fini par ouvrir un compte Insta puis Facebook. Ma famille, mes proches, mes amis m’ont fait remarquer que je devrai partager autour de mes créations.

Et essayer de partager longuement quelque chose sur Insta ou Facebook n’est pas approprié, c’est toujours encore le bon vieux blog qui sera le plus adapté.

Le 1er novembre 2019, j’ai franchi le cap. Pas sûre du tout du nom, mais tant pis. A force de rêver de le faire et de ne jamais franchir le cap, je vais regretter de ne pas avoir réalisé ce rêve. Poussée par un grand besoin de changement dans ma vie, mue par ce besoin de ralentir, de me recentrer sur l’Essentiel, je passe donc la matinée du 1er novembre à rédiger la page „à propos de moi“ et sa traduction en allemand „über mich“.

Je n’ai pas réussi à délimiter non plus un sujet. Mon blog sera un peu fouilli et tant bien consacré :

  • à la couture,
  • au jardinage / auto-suffisance
  • et au zéro-déchet.

Eh oui, rien que ça ! Je n’ai pas réussi à délimiter, mais ma foi, ces trois pôles ayant un lien entre eux avec l’autosuffisance, on a un dénominateur commun, yeepee !

Qu’est-ce qui a motivé mon envie d’écrire ?

La réponse est simple : le partage.

Si j’ai un tel niveau en couture, c’est avant tout grâce à deux blogs particulièrement : celui d Isastuce et celui du site Petit Citron . Merci, Merci à ces deux personnes qui ont accompagné mes premiers pas. Isastuce, c’est grâce à toi que j’ai fait mon premier „nid d’Ange“ pour ma fille et grâce à petit Citron, j’en ai fait des toques de cuisinier pour les enfants de mon entourage ! Du côté germanophone, il y a évidemment Pattydoo et Klimperklein.

Alors je me suis dit qu’à mon tour, je pourrai partager mes avancées, mes réflexions, mes recettes et mes tutos un jour, car cela viendra aussi.

J’ai eu la chance d’avoir des membres de ma famille pour me transmettre du savoir tant au niveau des arts du fil que des plantes, mais j’ai aussi fort beaucoup appris grâce à la toile, aux blogs et au site qu’on y trouve. C’est par les blogs que j’ai complètement découvert la couture, la permaculture, le zéro déchet, l’auto-suffisance. Et j’ai eu cette envie de partager ce que j’ai pu apprendre, d’apporter de nouvelles choses également. Bref, de renvoyer l’ascenseur, de dire MERCI d’une certaine manière. Après tout, le savoir n’a de valeur que s’il est partagé.

Pourquoi je blogue en deux langues ?

Je maîtrise très bien la langue de Shakespeare, mais là n’est pas la question. Le choix d’écrire en français et en allemand me permet de garder contact avec des amis et de la famille des deux pays, des connaissances que j’ai pu y faire.

De plus, en s’intéressant et en lisant les blogs étrangers, on voit aussi d’autres tendances, d’autres façons de faire et d’autres sources d’inspiration. Pour moi, c’est surtout un moyen de renouer avec ma culture d’origine outre-rhin, de garder contact, d’y voir les tendances.

Ecrire c’est aussi :

  • se dévoiler un peu, rentrer dans le détail, loin de l’instantané InstaGram…
  • se documenter, faire des recherches pour approfondir la connaissance d’un sujet,
  • prendre le risque d’être jugé quand on touche à certains thèmes, notamment parfois cocasse comme lorsqu’on rédige un article sur „feedback autour des serviettes hygiéniques lavables cousues soi-mêmes“. Et qu’après tes collègues te disent „génial ton article sur les serviettes hygiéniques en pleine salle de pause“ 😉 Mais ça fait plaisir et chaud au coeur.

Le gang des couturières blogueuses (repris depuis http://marytainne.canalblog.com/)

 Et voici les adresses de celles qui se sont ralliées à la cause

15 Kommentare

  1. Super, j’adore ton histoire. Je pense que ton sentiment “de ne pas être légitime” est partagé par beaucoup de couturières avant de se lancer. Mais aux yeux de qui a t’on besoin d’être légitime pour écrire un blog ? C’est vraiment un très bel article qui donne envie ! vive les blogs, vive les elfes de Noel couturières et vive le partage !

    Gefällt 1 Person

  2. Super je découvre ton blog! je pense qu’on a beaucoup de centres d’intérêts en commun! 🙂
    j’ai fait de l’allemand au collège et lycée mais j’avoue que ça fait bien 15 ans que je n’ai plus pratiqué, ce serait l’occasion de relire un peu.

    Liken

  3. J’aime beaucoup ton article et ton histoire. Qui décide si on est légitime ou pas? Chacun est libre de partager non? Mais je crois qu’on s’est toutes posé la question avant de publier notre premier article.
    Vive les blogs
    Et à bientôt

    Liken

  4. Alors moi j’adoreee ton nom, il me parle, et comme toi j’ai des racines des 2 côtés de la frontière voire même plus loin puisque ma Maman était née en Pologne …. J’aimerais bien jouer à l’elfe de noel mais mes enfants n’y croient plus, ils préfèrent un chèque …, et mes petits enfants sont entre 2 âges où l’on donne une préférence aux mêmes marques de vêtements que ceux des copains … ça leur passera. Je reviendrai te lire et admirer tes réalisations Tchuess

    Liken

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Google Foto

Du kommentierst mit Deinem Google-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

Verbinde mit %s